Article de Breizh-info du 19 juin 2021

Les 20 et 27 juin, les électeurs de la Loire-Atlantique sont appelés aux urnes pour élire le nouveau conseil départemental. Il y a trente et un cantons à pourvoir. Depuis 2015, la majorité socialiste n’a plus qu’un siège de majorité.

Elle détient onze cantons dans l’agglomération nantaise (dont tous ceux de la ville), les deux nazairiens et trois cantons ruraux : Blain, Pontchâteau et Machecoul-Saint-Même. Mais depuis plusieurs années, le Parti socialiste s’étiole, et le Département pourrait basculer « à droite ». Dans ses investitures la droite, majoritairement issue des Républicains, a été généreuse avec les centristes de l’Union des démocrates et indépendants, et présente sous la bannière de Démocratie 44 des candidats souvent fort peu hostiles à la « Macronie ». La République en marche et le Mouvement démocrate, de leur côté, n’ont pas réussi à s’implanter localement.

Le Rassemblement national, alors Front national, avait connu une nette progression aux départementales de 2015 avec un score de plus de 18% sur l’ensemble du département, figurant même au second tour dans le second canton de Saint-Nazaire, le septième de Nantes, et celui de Pornic. Aux européennes de 2019, il devait reculer à 14,7%, puis connaitre un véritable effondrement aux élections municipales de 2020, en perdant tous ses élus.

Pour la première fois, le RN ne présente pas de candidats dans treize cantons, principalement dans la métropole nantaise (un seul binôme sur le septième canton).

Une campagne est menée dans le premier canton de Saint-Nazaire, qui comprend exclusivement la ville à l’exception des quartiers Est (Penhoët…). Le second de Saint-Nazaire correspond à l’Est de la ville et les communes de Trignac, Montoir de Bretagne, Saint-Malo de Guersac, Donges et Besné.

Dans les deux cantons, c’est le candidat Gauthier Bouchet qui dirige la campagne électorale. Il n’est pas un inconnu à Saint-Nazaire, conseiller municipal jusqu’en 2020, il était tête de liste aux dernières élections. À ses côtés, se trouve Nicole Pétrel, aide-soignante et engagée au FN-RN depuis 2012.

Pour Gauthier Bouchet, candidat dans le second canton de Saint-Nazaire, l’enjeu est « d’entrer au conseil départemental et de changer ainsi le ronron ambiant entre droite et gauche ». C’est un enjeu personnel fort pour l’ex-tête de liste, qui affronte, un an après sa défaite à l’élections municipale, Jean-Luc Séchet, adjoint au maire de Saint-Nazaire, Philippe Grosvalet ne se représentant pas.

En 2015, les candidats FN Jean-Claude Blanchard et Lydia Poirier (qui depuis ont quitté le mouvement) avaient réussi à mettre Philippe Grosvalet en ballotage, obtenant 24 % des suffrages au premier tour et 32% au second. Cette année-là Bouchet avait été candidat dans le premier canton de Saint-Nazaire, où il avait obtenu 18% des suffrages. Le 20 juin, c’est un binôme formé d’un jeune candidat de vingt et un ans, Corentin Regent, et d’Anne Trividic, commerçante retraitée, qui représentera le RN.

Les deux binômes ont élaboré un programme fort de quarante-quatre propositions, regroupées en plusieurs chapitres : « garantir la priorité aux nôtres, préserver la sécurité de tous, accompagner le grand âge et le handicap, engager une politique localiste pour un rééquilibrage territorial, préserver notre santé, notre cadre de vie et notre environnement, défendre nos identités locales et notre patrimoine historique ».

Les subventions accordées par la majorité socialiste du conseil départemental à l’association SOS Méditerranée ( 750 000 euros en deux ans), son soutien à l’immigration clandestine, l’accueil des « mineurs » non accompagnés sont dénoncés par les quatre candidats.

Parmi leurs propositions on note aussi la création d’une maison nazairienne des aidants, la création d’un centre européen de la mer en partenariat avec le port et l’Université, et la demande d’un moratoire immédiat sur tout projet d’éolien ou maritime en Loire-Atlantique.

Les électeurs de l’estuaire de la Loire y seront-ils sensibles ? Réponse le 20 juin !